“ L’Océan est notre futur.
Il est aussi notre mémoire, et surtout notre miroir.
Nous aurons l’Océan que nous méritons ”

Patricia RICARD

Patricia RICARD

Présidente de l’Institut Océanographique Paul RICARD

 

 

L’Océan mondial s’essouffle, et notre avenir est menacé

En deux siècles, seulement, les impacts des activités humaines ont modifié le climat et, par là-même, la chimie de l’eau de la mer. Une incroyable vitesse d’accélération, au regard des centaines de millions d’années de stabilité de notre biosphère.

Après un demi-siècle d’actions de recherches et de diffusion des connaissances, la voix du monde du silence s’est enfin fait entendre à Paris, lors de la COP 21, grâce à une initiative citoyenne et collaborative : la Plateforme Océan et Climat.

Essentiels pour l’équilibre climatique et hydrique de la planète, pour le maintien et la sécurité de nos sociétés humaines et pour la sauvegarde de la biodiversité, les services écosystémiques fondamentaux de l’Océan, dans sa perception mondiale, ont enfin été reconnus.

Les océans sont tout à la fois notre avenir et notre mémoire, mais aussi notre miroir : nous aurons l’Océan que nous méritons.

Ce que nous avons dégradé, nous pouvons et devons tenter de le restaurer, de le sauvegarder. C’est encore en notre possible. Connaître, faire connaître et protéger la mer, telles sont les missions de l’Institut océanographique Paul Ricard depuis 50 ans.
Inlassablement, les chercheurs ont bâti, jour après jour, de découvertes en réussites, les connaissances et les consciences.

Aujourd’hui les solutions existent, elles sont fondées sur l’observation de la nature, la restauration des écosystèmes et la résolution, à l’échelle locale, des menaces globales.

 

Enfin, grande première pour l’Humanité, il nous faut rendre la vie à la mer, il est temps de donner un autre sens, d’avoir une autre vision pour les poissons et l’ensemble des organismes marins.

De leur survie dépendra la nôtre…

Toute grande cause a son heure. Celle de la protection de l’Océan a sonné.

Tous, nous devons ensemble, promouvoir cet appel, partager nos compétences et aider la recherche à comprendre et apprendre les solutions contenues dans les écosystèmes pour préserver leur capacité de résilience.

La science et la recherche doivent repousser leurs frontières disciplinaires, nationales et culturelles. L’heure est venue de prendre le parti de la vie et de l’Océan.

L’Océan est mondial, notre envol doit l’être aussi .
It is time to Take OFF, it is time to Take Ocean For Future.

Patricia RICARD

 

" Protéger l'océan, c'est lutter contre le réchauffement climatique.

C'est donc protéger nos terroirs.

It's time to Take OFF !  "

Alexandre RICARD

Alexandre RICARD

Président-Directeur Général de Pernod Ricard
 

C’est encore en notre possible

L’engagement de Pernod Ricard en faveur de la protection de l’environnement est né d’une conviction. Celle de mon grand-père, Paul Ricard, qui comprit dès 1966 que les océans étaient en danger et que, pour mieux les protéger, il fallait mieux les connaître. Face à cette urgence, il créa l’Observatoire de la Mer et du Littoral avec un autre visionnaire, le navigateur Alain Bombard. 50 ans plus tard, ce qui est devenu aujourd’hui l’Institut Océanographique Paul Ricard continue de veiller sur la Méditerranée depuis l’ile des Embiez, telle une vigie posée sur la Grande Bleue.

En cinq décennies, l’Institut n’a cessé de soutenir de nouveaux domaines de recherche, s’adaptant constamment aux enjeux environnementaux. C’est naturellement avec une ambition renouvelée que nous abordons les 50 prochaines années. Jamais, de toute notre Histoire, la protection de la planète et plus précisément celle de ses océans n’avaient atteint un tel degré d’urgence. Protéger l’Océan, c’est lutter contre le réchauffement climatique en permettant à la mer de jouer son rôle de régulateur naturel. C’est aussi protéger nos écosystèmes et nos terroirs, qui sont les racines mêmes de notre métier de producteur de vin et de spiritueux. D’abord «bâtisseurs de conscience», devenons 50 ans plus tard ensemble les «acteurs du changement» !

 

C’est l’ambition que nous donnons à notre nouveau projet : Take OFF

Take OFF, c’est d’abord une promesse : celle de donner les moyens à ceux qui portent notre avenir, les jeunes chercheurs, du monde entier, d’accélérer la réalisation de leurs projets scientifiques visant à préserver nos océans. Comment ? Comme les artistes que nous recevons déjà en résidence, nous accueillerons sur l’île des Embiez des jeunes scientifiques, pour nourrir une plateforme collaborative d’échanges et de diffusion des bonnes pratiques issues de leur travaux. L’échange sera le moteur de cette action. Ce projet, présenté ici, est à l’image des valeurs qui ont toujours caractérisé notre Groupe : innover, entreprendre et partager. C’est aussi la définition de notre maitre-mot : la convivialité.



Alexandre RICARD

 

 

 

IT'S TIME TO TAKE OFF : TAKE OCEAN FOR FUTURE

Take Ocean For Future
Take OFF, la recherche au secours de l’Océan

Take OFF est le lancement d’une plateforme mondiale de recherche et développement durable portée par l’Institut Océnographique Paul Ricard.  

Depuis 50 ans, ce centre de renommée internationale travaille à connaître, faire connaître et protéger la mer, source de vie et condition de notre survie. C’est en Méditerranée, considérée par les scientifiques comme un océan modèle, que l’Institut mène ses recherches. Ses travaux préfigurent les recommandations issues de la COP21, qui pour la première fois a souligné le rôle fondamental des océans dans la régulation du climat : un océan en bonne santé, c’est un climat protégé.

L’Institut développe des solutions fondées sur la nature pour une meilleure relation entre l’homme et l’Océan selon une approche écosystémique. Cette approche est pionnière en préservation de la biodiversité et gestion des ressources vivantes, lutte contre la pollution et développement d’initiatives économiques durables inspirées de la nature. Elle contribue à faire émerger et universaliser les bonnes pratiques locales pour répondre aux menaces environnementales globales.

La recherche constitue la clé de notre avenir.

Elle trouve dans la nature les réponses aux problèmes actuels pour protéger la planète et inventer une nouvelle économie bleue. C’est pourquoi l’Institut lance Take OFF, la mise en place d’une plateforme collaborative d’échanges scientifiques et de partage de solutions, de recherche et développement consacrée à l’océan. Take OFF soutient activement la jeune recherche scientifique océanographique. Elle aide les jeunes chercheurs porteurs de solutions pour l’Océan et le climat. Elle accompagne leurs travaux, soutient leurs innovations, développe leurs initiatives. Elle suscite un mécénat océanographique pour stimuler la créativité scientifique. Elle induit une synergie active entre communautés scientifiques, universités, acteurs économiques, ONG, partenaires institutionnels et grand public. Elle génère entre tous un partage de solutions, des chercheurs aux entreprises.

Pour garantir notre avenir, elle prend l’Océan pour futur.

La mer enjeu planetaire
l'océan est notre avenir

L’Océan est l’origine de la vie et l’avenir de la terre. Il capte une très grande partie du carbone présent dans l’atmosphère. Il stocke la chaleur résiduelle générée par l’effet de serre. Il fournit une respiration sur deux. Il produit l’eau douce à travers le cycle de l’eau. Il est source de nourriture, d’énergies renouvelables, de médicaments, d’innovations. Il porte l’espoir de l’économie bleue. Il est par excellence le lieu d’échanges et le moteur de la prospérité. Il relie les hommes que les continents séparent. Il est un bien commun universel.

Or, depuis cinquante ans, l’Océan a subi plus de destructions que durant toute son histoire. L’homme en épuise les ressources – alimentaires, énergétiques, minières. Il y déverse ses déchets – industriels, urbains, chimiques, plastiques, pétroliers, radiocatifs. Les écosystèmes marins sont menacés. Les stocks de poissons sont pour la plupart surexploités. La vie dans l‘Océan est en danger de mort. Les catastrophes qui le touchent frappent toute la planète. Son niveau ne cesse de monter, menaçant des populations entières.

L’impact du réchauffement climatique sur l’Océan entraîne l’intensification des phénomènes naturels tels que tempêtes, cyclones, submersions, fonte des calottes glacières et modification des courants. Pourtant, en lui se trouvent les réponses d’aujourd’hui et demain. Des millions d’espèces marines nous sont encore inconnues, dont beaucoup sont susceptibles de générer des innovations technologiques via le biomimétisme.

L’Océan est une bibliothèque vivante. Ses enseignements nous apportent des solutions naturelles pour atténuer le changement climatique et nous y adapter.

L’Océan est notre meilleur allié pour réaliser nos transitions écologiques et énergétiques.

Take OFF
le projet

Take OFF : Take Ocean For Future comporte quatre champs d’actions :

  • Un appel au mécénat scientifique océanographique auprès des entreprises ;
  • Un soutien à la recherche océanographique, tout particulièrement aux jeunes chercheurs des équipes réparties dans les universités du monde entier ;
  • Une résidence scientifique à destination des jeunes chercheurs dans l'Île des Embiez, siège de l'Institut ;
  • Une plateforme d'informations et d’échanges entre chercheurs, entreprises, associations, institutions et grand public.

L’engagement de Pernod Ricard

Le projet Take OFF lancé par Alexandre Ricard, Président-Directeur général, à l’occasion du cinquantenaire de l’Institut océanographique Paul Ricard, s’inscrit pour Pernod Ricard dans une longue tradition de mécénat.

Héritage de ses fondateurs, Paul Ricard et Jean Hémard, le groupe Pernod Ricard a toujours contribué à soutenir de manière désintéressée ceux qui créent pour l’intérêt général. Il y a plus de 40 ans cela ne s’appelait pas encore la responsabilité sociétale de l’Entreprise : il s’agissait avant tout d’engagement, incarné par un homme et porté par toute une entreprise. C’est cet engagement qui constitue encore aujourd’hui le socle des actions de mécénat du groupe organisées depuis toujours autour de deux axes, la recherche scientifique et le soutien artistique.

Le Projet Take OFF, dont l’Institut Océanographique Paul Ricard est le principal promoteur, revêt plusieurs dimensions. « Take OFF, c’est d’abord une promesse : celle de donner les moyens à ceux qui portent notre avenir, les jeunes chercheurs, d’accélérer la réalisation de leurs projets scientifiques visant à préserver L’Océan». L’objectif est  de créer une résidence scientifique sur le modèle d’une résidence artistique, comme Pernod Ricard l’a récemment fait avec la création de la Villa Vassiliev et du Pernod Ricard Fellowship mettant à disposition de jeunes artistes venus de l’étranger toutes les ressources des institutions avec lesquelles le groupe est notamment partenaire comme le Centre Pompidou. De la même manière, l’Institut océanographique Paul Ricard  accueillera chaque année sur l’île des Embiez un ou plusieurs jeunes scientifiques venus du monde entier, issus des plus grandes universités: échange, collaboration, partage avec des scientifiques, à commencer par ceux de l’Institut, seront les moteurs de cette expérience qui nourrira une plateforme de partage de bonnes pratiques et de solutions, fondées sur la nature. Ces jeunes pourront profiter de l’expertise des équipes et du formidable outil de recherche qu’est le laboratoire de l’île des Embiez pour développer les projets qui contribueront à relever le défi de la protection des océans. C’est la très prestigieuse National Korea Maritime and Ocean University qui est la première partenaire du projet Take OFF.

Ce projet rappelle que l’engagement de Pernod Ricard en faveur de la protection de l’environnement est né de la conviction d’un homme, Paul Ricard, qui comprit dès 1966 que les océans étaient en danger et que, pour mieux les protéger, il fallait mieux les connaître. Face à cette urgence, il créa l’Observatoire de la Mer avec un autre visionnaire, le navigateur Alain Bombard. 50 ans plus tard, ce qui est devenu aujourd’hui l’Institut océanographique Paul Ricard continue de veiller sur la Méditerranée depuis  l’ile des Embiez. Jamais, de toute notre Histoire, la protection de la planète et plus précisément celle de ses océans n’avait atteint un tel degré d’urgence. Protéger les Océans, c’est lutter contre le réchauffement climatique en permettant à la mer de jouer son rôle de régulateur naturel. Take OFF, en protégeant l’Océan et le Climat contribue à protéger les écosystèmes complexes comme les terroirs, qui sont les racines mêmes du métier de producteur de vin et de spiritueux.

Aujourd’hui,  Pernod Ricard et l’Institut océanographique Paul Ricard franchissent une nouvelle étape. Contribuer à la protection de la planète au travers de celle essentielle de l’Océan et du climat fait désormais partie des 4 priorités stratégiques que le Groupe s’est fixé en matière de RSE, au même titre que le développement des communautés locales, la responsabilisation des collaborateurs ou la promotion de la consommation responsable.

Pernod Ricard se définit par sa signature, « Créateurs de Convivialité ». Le Groupe et ses 18 000 collaborateurs se veulent des facilitateurs de rencontres et d’échanges autant de valeurs qui sont au cœur du projet Take OFF.

Nos Partenaires

L’Institut océanographique Paul Ricard bénéficie du mécénat constant et historique
de la société Ricard, et Pernod Ricard.

Egalement en partenariat scientifique

Universités / Unités de Recherche françaises et étrangères 

Institut méditerranéen de biodiversité et d’écologie marine et continentale (IMBE), Institut méditerranéen sur l’environnement marin de l’Université catholique de Valencia (IMED-MAR), Institut de biologie marine de Kotor (Monténégro), Marseille, Perpignan, Toulon, Valence (Espagne), Pavie (Italie), Busan (Corée du Sud, à travers Pernod Ricard Korea)…

 

Institutions / Fondations

Fonds européens pour la pêche, Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Conseil départemental du Var, Communauté d’agglomération Toulon Provence Méditerranée, Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse, Parc National de Port-Cros, Parc National des Calanques,  Institut Océanographique Fondation Prince Albert I de Monaco, Aires Marines Protégées

ONG / Associations

WWF France,  Fondation Albert II de Monaco, Plateforme Océan & Climat, Seaweb Europe

Entreprises 

EDF, Veolia-Environnement, Caisse d’Épargne, Roquette…